Fiction Garden

Un jardin où se cultive les histoires et les fanfictions...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]

Aller en bas 
AuteurMessage
tensa--zangetsu
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 27
Localisation : Colomiers et Rian(46)

MessageSujet: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   Dim 15 Nov - 22:21

Rating: NC-17
opération:A+B(AxB)
[cette Fiction est totalement copyrighté, veuillez respectez la décision des auteurs]


Ràna se trouvait dans la forêt elfique, un peu au nord d'Horizon,il avait du se retirer comme d'habitude, vu qu'il avait encore fait ses conneries habituelles ( pour plus de détails on peut dire foutre la pagaille dans une auberge ou autre chose du genre).
Il était particulèrement heureux ces temps-ci, il sortait enfin avec Rose, une féliane extrèmement belle aux cheveux rose et aux yeux rouges, qui avait cédée à ses avances répétés.
Elle était amoureuse de lui déjà depuis quelque temps, il faut dire que c'était un demi-elfe très séduisant.
Ràna tenait une lettre dans sa main, venant de Rose, lui disant qu'elle acceptait de sortir avec lui si tout d'abord il calmait ses pulsions, et qu'il soit à l'heure au-rendez vous.
Seulement voilà, le rendez-vous était à 15h00, il était 14h00, et le lieu se trouvait à 100 miles nautiques de là... autrement dit 180 km ! Sur l'île tropicale de Falenz à l'Ouest.

Ràna lu et relu le passage, il regarda le soleil une nouvelle fois et soudain ll n'eut plus l'air si heureux. On pouvait voir sa couleur de peau s'éclaircir jusqu'à devenir livide et dans un élan de panique il cria de toute ses forces:MEEERRRRRRRRRRRRRDDEEEEE !!!!
Il courut aussi vite qu'il pu dans la direction de l'île mais bien qu'il fut très rapide il ne put atteindre plus de 60km/h.
Ràna pensa à toute vitesse en considérant toute les options, il s'arrêta, toucha le pomeau de l'immense claymore dans son dos et murmura quelque chose d'indescriptible. Aussitôt deux grandes ailes noires poussèrent sur son dos et il s'envola, pris la direction plein ouest, murmura à nouveau quelque chose: Arcana khaze
Instantanément les ailes se figèrent et Ràna accéléra d'une façon incroyable, tellement que les arbres se plièrent sur son passage; il gagna l'océan en à peine 3 minutes. les ailes se plièrent en arrière et Ràna eut une nouvelle accélération il restait encore 95 miles nautiques à parcourir et à cette allure il y serait en 30 minutes.

Quand il arriva sur l'île , ses longs cheveux blonds et argents emêlés, il s'efforça d'ailleurs de les organiser pour être présentable. Ràna se dirrigea vers le centre de l'île où se trouvait un étrange monument-escalier en pierre qui montait vers les cimes des arbres et bien plus haut; il commença à les gravir, observant à la fois l'étrange escalier en collimaçon qui donnait sur le vide, et la luxuriante végétation qui abritait de nombreuses créatures, dont la plus commune était ...le perroquet.
Quand Ràna gagna le sommet, à plus de 100 mètres au dessus du sol, il vit l'étrange plateforme qui lui était assez familière (il en savait assez pour ne plus appuyer sur les inscriptions étranges au centre), mais surtout il vit la magnifique chevelure de Rose bercée par le vent; Ràna, comme envoûté, s'approcha de la sihouette qui lui tournait le dos et l'enlaça passionnément.
Rose: Eh bien! Tu es as l'heure pour une fois!
Ràna: Je ne pouvais rater ce rendez vous pour rien au monde...
Il posa un baiser dans son cou, retourna Rose, et l'embrassa soudain tout en l'étreignant.
Rose: Mmh!...Arrête!
Elle poussa Ràna, qui tomba à la renverse (de manière peu élégante on peut le préciser) sur les inscriptions au milieu de la plate-forme. Soudain l'escalier se mit à tremblé et ...disparut!

Rose, ne s'y attendant pas, tomba en criant, ayant remarqué que sa magie ne fonctionnait plus. Ràna, lui, activa ses immenses ailes noires, vola au secours de son amour et la rattrapa de façon assez héroïque, la tenant dans ses bras. Il regarda dans ses yeux avec un sourire, s'éleva dans les airs et attendit quelque minutes que le trou béant dans le sol disparaisse, et que l'escalier réapparaisse.
Ràna: La magie élémentaire ne marche pas ici... tu m'a fais peur!
Rose: Mais... toi ta magie a quand même fonctionnée?
Ràna: Peu importe, j'aurai pu te perdre tu sais ?
Il l'allongea sur le sol et continua de l'embrasser fougueusement, elle ne se débattit pas trop cette fois ci mais lui dis juste une chose qui le fit stopper net dans son élan.
Rose: Je ne t'avais pas dit de calmer tes pulsions ?!
Ràna: ...Si..désolé.
Rose: Va falloir te calmer.
Ràna: Je sais mais si j'agis comme ça c'est parce que je t'aime!
Rose:...(rougit)

On pouvait à présent aperçevoir un magnifique couché de soleil ambré à l'horizon, et également un grand nombres de nuages noirs très menaçant, annonçant une tempête...


Dernière édition par tensa--zangetsu le Mer 25 Nov - 13:34, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne Orak
Petit Scribouillard
Petit Scribouillard
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/06/2009
Age : 28
Localisation : Dans une cave sombre et humide.

MessageSujet: Re: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   Jeu 19 Nov - 11:01

A des kilomètres de là, au delà d'une immense chaîne montagneuse formant une frontière naturelle, se dresse l'imposante Palanius, la cité des paladins servant loyalement la divinité Shurah. Du sommet des montagnes délimitant le pays, on ne distingue qu'une immense mer blanche de grandes et belles maisons, et trônant au milieu de la cité, le palais dans lequel vit le Patriarche, grand sage faisant office de lien entre le royaume divin de Shurah et celui des humains.
C'est une journée comme les autres dans la cité sacrée, les commerçants sont dans leurs échoppes à vendre toutes sortes de produits, tissus, armes, d'autres se regroupent dans la grande place pour parler des dernières nouvelles venant de l'extérieur, les derniers exploits des vaillants paladins...Un jour calme et paisible comme il y en a toujours dans cette ville.
Dans la cour du palais du Patriarche, un jeune homme se déplace d'un pas nonchalant dans les allées, il porte sur lui une armure blanche légère sur laquelle sont gravées les armoiries de Palanius, une épée courte à la ceinture et un bouclier portant le même insigne que l'armure. Son regard noir et profond légèrement masqué par ses cheveux sombres observe toute l'animation autour de lui, les hautes notabilités de la ville qui viennent consulter le Patriarche et qui attendent chacun leur tour en se promenant dans les jardins. Le jeune homme émet un petit rictus en voyant toutes ces personnes affluer pour le même but: Le Patriarche n'a eu que pour unique enfant qu'une fille, une fille qui aujourd'hui est devenue une jeune et magnifique femme. Dans tout le pays, elle est connue pour avoir une beauté telle que la plus belle des félianes en deviendrait jalouse. Or, la loi exige que celui qui doit succéder au Patriarche soit un homme, et depuis des semaines, défilent une foule d'hommes de très haut rang originaires des quatre coins du pays pour devenir Patriarche. L'ironie, c'est que tous ces prétendants convoitent plus la jeune fille que le pouvoir de la cité. Soudain une voix appelle le soldat au loin:
«Orak! Qu'est-ce que tu fiches ici?
-La même chose depuis deux jours, répondit-il d'un ton posé, j'observe l'interminable défilé de personnes toutes aussi riches et grotesques qui n'ambitionnent que de conquérir le cœur de demoiselle Shirley.
-Eh bien...Tu n'est devenu capitaine que depuis une semaine, et tu est déjà aussi ennuyeux que le général. Comment peux-tu tuer le temps en regardant simplement des personnes défiler sous tes yeux?
-Quelque part ça me distrait, mais aussi ça m'inquiète. Puisque celui qui sera choisi devra devenir Patriarche. Et c'est un rôle qu'on ne peut se permettre de confier au premier venu.
-Bon sang Estieben...Tu prends tout beaucoup trop au sérieux. Il faut que tu songes à te détendre.
-J'étais en train de me détendre avant que tu ne débarques et viennes me casser les pieds.
-Non, moi j'appelle pas ça se détendre. Écoute, dans deux jours on aura notre permission, et justement l'un des capitaines de la garde organise un banquet ou beaucoup de haut gradés seront présents, et j'ai entendu dire que quelques jeunes filles seront présentes pour égayer la soirée.
-Au lieu de parler de ce que vous prévoyez pour votre prochaine permission, dit une voix derrière les deux hommes, commencez d'abord par faire ce que l'on vous demande.»
Reconnaissant la voix du colonel, Estieben se tourna et se mit au garde à vous, chose que son camarade tarda à faire:
«Repos, poursuivi le colonel, capitaine Orak, vous filez aux jardins, demoiselle Shirley va faire sa promenade en compagnie de deux de ses prétendants et j'ai besoin de quelqu'un pour les protéger.
-On pourrait pas envoyer Plastern pour ça? Demanda Estieben en désignant celui qui se trouvait à côté de lui.
-Je vous ai donné un ordre, vous l'exécutez, répondit le colonel avant de se tourner vers Palstern, quant à vous, vous allez me chercher quatre soldats et vous les envoyez lustrer l'équipement en réserve dans la salle d'armes.
-A vos ordres, répondirent les deux capitaines.»

Suivant les ordres de son supérieur, le jeune homme se rendit à l'entrée des jardins, entrée près de laquelle se tenait deux hommes bien avancés dans leur âge, vêtus de bijoux et de tissus très chers, arrive alors Estieben qui se posta près des deux prétendants sans dire un mot et calmement attendit. Puis elle arriva, demoiselle Shirley, portant une grande et majestueuse robe blanche, ses longs cheveux couleur ébène tressés descendant jusqu'au sommet du bassin, un regard azur laissant dégager une innocence et une pureté certaine. Alors que les prétendants restaient admiratifs devant la beauté de la demoiselle, Orak lui restait impassible. S'ensuit alors une longue promenade à travers les jardins, sous les longues allées de fleurs et d'arbres fruitiers, des pommiers, des cerisiers, harmonieusement disposés faisaient de cet endroit un véritable havre de paix au milieu de toute l'agitation qu'il pouvait y avoir dans la cité. Tout en marchant à travers les jardins, les deux hommes marchant chacun d'un côté de la demoiselle ne cessaient de se plier en révérences et en paroles flatteuses, que la jeune fille se contentait de répondre par un bref et poli hochement de tête, en retrait, le soldat Orak, observait la scène, qui à juste titre, le rendait malade, à regarder ces deux clowns se traduire en gestes grotesques et en paroles en l'air...Mais un simple capitaine de garde n'a pas plus d'influence que celle de gueuler sur les soldats. Puis la jeune femme s'installa sur un banc, et les deux hommes se retirèrent, et en croisant Orak, l'un deux dit:
«La demoiselle à besoin d'être seule, assurez-vous qu'il ne lui arrive rien.»
Puis les deux prétendants reprirent le chemin du château, tout en parlant de choses et d'autres toutes aussi inutiles les unes que les autres. Orak se rapprocha de Shirley afin de surveiller les environs, le regard froid et impassible, tout en évitant de croiser celui de la demoiselle, jusqu'à ce que celle-ci demanda:
«Pourquoi évitez-vous de poser votre regard sur moi?»
Pas de réponse de la part du paladin:
«Excusez-moi paladin, insista la demoiselle, je vous ai posé une question, pourriez-vous avoir la politesse de me répondre? Pourquoi évitez-vous de croiser mon regard?
-La réponse est simple: Je suis paladin, vous êtes la fille du Patriarche, il n'y a rien à ajouter.»
Sur ces paroles, Shirley esquissa un léger sourire:
«Je constate que le colonel a encore eu eu la justesse d'esprit de m'envoyer le plus déontologique de ses hommes pour assurer ma protection. Vous attendez que je vous donne ma permission pour que vous puissiez me regarder?
-Je ne vois pas pourquoi je devrais vous demander l'accord de vous dévisager. Je ne suis là que pour assurer votre sécurité, pas pour bavasser.
-Les paladins ont-ils tous la même ligne de conduite que vous où bien est-ce seulement que vous n'êtes pas ouvert à la conversation?
-Tous les paladins doivent suivre une ligne de conduite qui leur est commune, pour le reste, tout dépend de la façon de penser de chacun.»
Tout en parlant, Estieben vit arriver des nuages au loin. Toujours sans regarder Shirley, il dit:
«Il vaudrait mieux rentrer demoiselle, la pluie ne va pas tarder à tomber.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tensa--zangetsu
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 27
Localisation : Colomiers et Rian(46)

MessageSujet: Re: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   Sam 21 Nov - 4:59

L’orage atteint l’île en fin de journée, et déferla sur les deux amoureux en relâchant des trombes d’eau et une multitude d’éclairs.
Ils dévalèrent les escaliers à toute allure, mais Ràna, maladroit comme à son habitude, glissa sur une des marches et tomba tête la première les dix mètres restant. Il heurta le sol avec un bruit sourd, provoquant un visage horrifié chez Rose.
Rose : Rànaaaa !!!
Il gisait sur le sol, immobile, elle avait beau crier, le secouer, encore et encore, il ne montrait aucun signe de vie ; jusqu’à ce qu’il ouvre un œil... son visage arborant un sourire débile.
Ràna : Je ne suis pas… un prunier.
Rose : Ràna ! (Baf !)…Crétin !
Il avait vraiment l’air bête avec son nez en sang et son visage recouvert de boue ; ce qui ne l’empêcha pas de rire à grands éclats, et de montrer un sourire benêt par la même occasion.

Ràna : Je propose de chercher un endroit où s’abriter, à moins que tu ne veuille attraper froid ?
Rose : Ok, qu’est ce que tu propose ?
Ràna : Eh bien il y a une grotte qui se situe non loin à l’Ouest, dans la partie « désertique » de l’île.
Rose : Désertique ? Sur un archipel tropical ?
Ràna : Tu comprendras bien assez vite, dépêchons nous !
Ils se hâtèrent dans la direction de la fameuse grotte, tout en recevant une belle averse sur la figure. Après un petit quart d’heure de marche, Ràna et Rose atteignirent le «désert » de l’île, qui était en fait une immense clairière; mais si on l’analysait de plus près l’on pouvait déceler une certaine anomalie.
Le sol était jonché de végétaux coupé à ras, aucun arbuste, buisson ou brin d’herbe ne tenait debout, on aurait dit qu’ils avaient été coupé de façon artificielle. Au milieu, se trouvait la bien dite grotte, qui, comme on pouvait déjà le voir, possédait des étages souterrains. Ils sprintèrent les derniers 500 mètres de clairière pour entrer dans la grotte, et dès qu’ils eurent pénétrés l’enceinte de la grotte, une rafale d’éclairs s’abattit sur le toit de celle-ci, provoquant l’effondrement de l’entrée et les bloquant à l’intérieur.

Ràna : Qui a éteint la lumière !
Rose : Très drôle ! Bon, je vais nous illuminer un peu ou alors on ne s’y retrouvera pas.
Elle tenta d’activer sa magie en vain, car aucun brin d’énergie magique n’était perceptible
Rose : Mais qu’est ce qui se passe à la fin !
Ràna joigna alors ses mains tout en murmurant quelque chose d’indescriptible, et soudain une étrange lumière verte sortit de ses mains, qui se concentra en une sphère pour éclairer la grotte.
Rose : Comment tu fais ça ? Tu va m’expliquer à la fin !?
Ràna : Je veux bien, à une condition.
Rose : Je la sens mal ta condition, va-y dis toujours…
Ràna : Je ne veux plus avoir à contrôler mes pulsions, si tu vois ce que je veux dire.
Rose : Oui…Je m’y attendais à celle-là, je veux bien faire une exception pour aujourd’hui, étant donné que tu m’as sauvé la vie. D’ailleurs, qu’est ce que tu fixe depuis tout à l’heure ?
En prenant en compte le fait qu’ils étaient trempés jusqu’aux os et que du coup leur vêtements soient devenues transparents, il était très compréhensible que Ràna reluque le corps envoutant de Rose.
Ràna : Hum…Il faudra bien que je m’en contente.Alors tout d’abord, la magie élémentaire est impraticable ici, sur toute l'île. J’ai utilisé une magie très antique mais très puissante : La magie des Arcanes, elle est transmise de génération en génération, de père en fils ; on peut dire que c’est une forme de magie perdue au fil des âges. Voilà, c’est tout ce que je te dirai là-dessus cette fois-ci. Apart que ma famille doit être la seule à encore pouvoir se servir de ce don.

Rose resta coi quelques instants, jusqu’à ce qu’elle commence à frissonner, aussitôt Ràna la prit dans ses bras pour la réchauffer.

Ràna : tu sais que l’on se réchauffe le plus efficacement en étant collés l’un à l’autre...Nu ?
Elle rougit comme une pivoine et ne pu à présent s’exprimer qu’en bégayant
Rose : F..Fais ce que t...tu veux
Ràna ne se le fit pas redire une deuxième fois, il fit un geste de la main vers la sphère qui se mit à grandir jusqu’à les enveloppés, formant ainsi une atmosphère plus respirable et plus chaude. Il retira ses vêtements un par un sous le regard de plus en plus gêné de Rose qui commençait à ôter ses propres vêtements. Ràna embrassa tendrement Rose tout en lui susurrant des mots doux à l’oreille, Rose, elle, posa son regard sur la verge de Ràna et fut troublé par le regard profond qu’il lui adressa.
Ràna : Je t’aime…
A ce moment précis, Rose baissa sa garde et Ràna passa à l’action ; tout d’abord il descendit progressivement en la baisant dans le cou, puis la poitrine, le ventre ; il s’attarda sur ce point pour poser une dernière question à Rose
Ràna : Je peux… continuer ?
Rose : …mmh..ou..oui…
Ràna regarda le lys de Rose, d’un rose profond, tandis que Rose tremblotait de peur de ce qu’il allait faire ; Ràna la regarda tout en caressant son corps, il tira Rose vers lui et l’embrassa tout en l’étreignant. Le moment où Ràna entreprit de lui sucer la fleur, elle émit de petits gémissements qui enthousiasmèrent encore plus Ràna, et le firent redoubler de vigueur.
Rose, qui se massait la poitrine, caressa aussi les doux cheveux de Ràna tout en se mordant les lèvres ; Après quelque minutes, Rose commença à boucler ses orteils et crier plus fort.
Rose : Arrête Ràna…j’en peux plus…
Ràna : Non.
Rose : ghhh..mm…hh, non ! mmh ! HHAAAAAAAAAAH !!

Les deux tourtereaux finirent leur nuit enlacés passionnément, une expression heureuse se dégageant de leurs visages.
En plein milieu de la nuit, une silhouette massive s'approcha de Rose, crocs à découvert.


Dernière édition par tensa--zangetsu le Mer 25 Nov - 13:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne Orak
Petit Scribouillard
Petit Scribouillard
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/06/2009
Age : 28
Localisation : Dans une cave sombre et humide.

MessageSujet: Re: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   Dim 22 Nov - 16:52

Après une nuit entière passée à pleuvoir, le soleil pointe timidement ses rayons à travers les nuages de la veille. La populace de Palanius se réveille pour vivre une autre de ces journées qu'ils ont l'habitude de passer. Ce matin là dans les bâtiments des paladins, alors que Estieben venait à peine de se réveiller, quelqu'un entre dans sa chambre:
«Orak, dit la voix, enfile ton armure et file au château, apparemment on veut te confier une mission.
-Encore un démon à tuer dans les environs?demande Estieben le regard à moitié ouvert.
-Je n'en sais rien. C'est le Patriarche lui-même qui veut te voir, alors grouille-toi.»

Ni une ni deux, le jeune paladin se fait une toilette rapide, enfile rapidement son équipement et se rend d'un pas rapide mais sûr en direction du château, évitant les rues les plus fréquentées pour arriver jusque sur la grande place du palais. Continuant sa marche, le jeune homme exécute la procédure pour entrer jusque dans la grande salle ou se tient le Patriarche Arieg. Un homme bien avancé en âge, le visage marqué par les rides, le regard fatigué, les cheveux longs et grisonnants atteignant les épaules. Vêtu d'un grand vêtement blanc avec brodé dessus en fil d'or, l'emblème de la cité. Assise à ses côtés, sa fille dont l'ennui se lit sur son visage, et son conseiller, tenant dans ses bras un immense rouleau de papier sur lequel il semble écrire des notes. Depuis plus d'une heure défilent des prétendants qui réclament la main de demoiselle Shirley ainsi que des paladins à qui sont confiés d'importantes missions. Après avoir attendu de longues minutes, Estieben se présente au Patriarche, se met au garde à vous et prononce:
«-Capitaine Estieben Orak, prêt à servir le pays et la divine Shurah.»
D'un geste de la main, Arieg demanda à son conseiller de se rapprocher, lui susurra quelques mots, puis le conseiller s'approcha d'Estieben et lui tendit un parchemin:
«J'ai reçu des plaintes de villageois habitant aux alentours de la chaîne montagneuse, dit Arieg au paladin, selon eux, il y aurait des activités démoniaques et je voudrais que vous alliez voir de quoi il en retourne.»
Sans répondre, Estieben fait un dernier salut puis tourna les talons et quitta le palais.

Après une longue journée de marche, le paladin finit par arriver au village en question. Au fur et à mesure qu'il s'approche des lieux l'atmosphère devient de plus en plus pesante. La place du village est déserte, aucune âme qui vive. Un brouillard sombre et épais flotte au niveau du sol, mais au ciel brille un soleil intense qui éclaire le sommet des maisons. Orak observe calmement les environs, il aperçoit les volets des quelques maisons autour de lui qui s'entrouvrent et se referment aussitôt. Intrigué par cette étrange brume, il continue de marcher à travers le village pour en découvrir son origine. Plus il avance, plus le brouillard s'épaissit, au point de ne plus voir ses pieds, tel un immense lac noir dans lequel ses jambes seraient immergées. Redoublant de vigilance, le paladin marche d'un feutré afin de faire le moins de bruit possible, quand soudain il ressent quelque chose semblable à une main saisir sa cheville. Cherchant à se libérer de l'étreinte, son autre jambe se retrouve immobilisée, et cette «chose» qui lui tient commence à remonter le long de ses jambes. Sans hésiter, Estieben dégaine son épée courte et la tend en direction du sol avant de hurler:
«LUMEN MAXIMA.»

Une intense lumière commence à se dégager de la lame avant de se projeter en un immense rayon blanc en direction de la «chose». L'impact est tel que sur plusieurs mètres de rayons la brume se dégage pour apercevoir le sol. Mais le paladin ne voit rien du tout, aucune créature ou personne qui aurait pu lui saisir les jambes. Serait-ce cette brume qui se serait saisi de ses jambes? Elle semble être la fameuse «activité démoniaque» qui sévit dans les environs. Épée à la main, Estieben reprend son investigation, à la recherche de l'origine de ce mal qui frappe ces villageois. Progressant lentement dans le village puis aux alentours, rien ne semble montrer quelconque signe suspect hormis le brouillard, mais alors qu'il ne faisait pas attention où il mettait les pieds, la «chose» est revenue à l'assaut, entraînant le paladin sous terre.

Après avoir passé des heures dans l'inconscience, le paladin se réveille dans une grande pièce sans portes ni fenêtres, au centre de celle-ci trône une grande stèle monolithique de marbre noire et blanche, sur laquelle des inscriptions runiques sont inscrites. Au sommet du monolithe est plantée une épée magnifiquement travaillée. Un pommeau noir comme l'ébène sur lequel trône une perle blanche, une lame magnifiquement travaillée, noire comme les ténèbres, sur laquelle des inscriptions runiques sont inscrites. Depuis le socle sur lequel est planté l'épée se dégage une épaisse brume semblable à celle que Estieben a trouvée dans le village. L'arme dégageait une puissante aura, Orak la sentait, plus étrange encore, elle semblait l'appeler. Après avoir longuement examiné l'arme, le paladin tendit la main pour essayer de la toucher, mais a peine effleura-t-il le pommeau qu'il sentit se dégager de l'arme une grande puissance...Comme si la puissance de la lumière et celle des ténèbres étaient unies dans cette épée...Impossible à ses yeux que ces deux forces opposées puissent être réunies en une arme. Mais l'épée continuait de l'appeler, et malgré tous ses efforts pour résister, Estieben posa une nouvelle fois la main sur le pommeau. Soudain, toute la brume noire se mit à envelopper le corps du jeune homme, Estieben tenta de retirer sa main de l'épée, mais la brume l'en empêchait, le retenant par le poignet. Rassemblant toutes ses forces, il se concentra et récita une incantation magique, une fois fini, il hurla:
«LUMINA SANCTIS.»

Une puissante lumière se dégagea soudain de son corps, s'opposant à la brume entourant son corps, puis elle inonda toute la pièce, jusqu'à ce que Estieben ne puisse plus rien voir autour de lui. Une fois la lumière dissipée, il rouvrit les yeux et se retrouva au milieu des plaines de Palanius, avec cette épée à la main. Mais l'aspect de la lame avait changé, en effet, la moitié de celle-ci était devenue blanche comme la lumière, tandis que l'autre moitié est resté sombre. Fixant longuement l'épée, puis les plaines, plus précisément en direction de la cité, le paladin se releva et reprit la direction de la ville, avec beaucoup de questions à l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tensa--zangetsu
Nouveau
Nouveau
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 27
Localisation : Colomiers et Rian(46)

MessageSujet: Re: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   Dim 4 Avr - 3:58

Ràna se réveilla un peu tard, vers midi, ayant perdu toute notion du temps dans la grotte.
Il remarqua tout d’abord les quelques rayons de soleil qui pénétrait dans la grotte, ensuite les quelques gouttes d’eau qui tombaient du plafond, qui l’avaient d’ailleurs réveillé. Ràna se retourna, s’attendant à voir la sublime Féliane allonger à ses côtés, mais la seule chose qu’il vit fut une épée courte abandonnée sur le sol, ainsi que quelques traces de pas. Il se leva et tenta de se coiffer quelques peu en admirant son reflet dans une flaque d’eau.

Ràna suivit les traces de pas vers l’intérieur de la grotte ; après 5 minutes de marche, 4 voies différentes s’offraient à lui.
Sachant qu’il venait du Sud, un chemin menait vers l’Est, un autre vers le Nord-est en descendant, le suivant vers le Nord et le dernier vers l’Ouest. Il parti d’abord vers l’Est, et y trouva…de l’humidité, de la roche, et…un cul de sac. Il décida de partir vers le Nord, il y découvrit quelques ossements de divers animaux, et un puits de lumière, ce qui pourrait offrir une échappatoire, mais toujours aucune trace de Rose…
Le chemin vers l’Ouest menait vers une grande salle où se trouvait une étendue d’eau, d’une profondeur inconnue, mais pas de trace de pas dans la boue…

Enfin, le chemin qui descendait dans les profondeurs de la grotte était la seule explication plausible de la disparition de la féliane, l’air y était sec et chaud, il examina le sol et trouva un cheveu Rose.
Après une bonne descente de 20 minutes vers le fond de la grotte, le sol se nivela et le couloir déboucha sur une immense salle remplie de stalactites et de stalagmites, et du corps de Rose, qui juchait sur le sol, blessée au ventre…
Ràna se précipita vers elle et tenta de la réveiller quand une grande ombre passa derrière son dos…
Ràna : Qui est-là ?!
Une silhouette massive se dessina devant lui, mais elle n’était pas assez nette, Ràna activa donc une seconde sphère de lumière, et les formes d’un Dragon étaient à présent bien visibles…celui-ci parla d’une voix caverneuse.
Gardien : Je suis le Gardien de ces lieux, que fait tu ici, misérable avorton !
Ràna : Je viens récupérer celle qui est chère à mes yeux !
Gardien : Qu’importe, ceux qui pénètrent en ces lieux doivent mourir…
Ràna : C’est ce que l’on verra !

Le Dragon se retira dans l’ombre tandis que Ràna dégaina son épée. Ràna observa les alentours, il fallait être extrêmement vigilent, la moindre erreur pourrait entraîner la mort… Soudain le Dragon surgit sur son flanc gauche en crachant un jet de flammes, qu’il n’évita que de justesse, enflameant légèrement sa cape. Le Gardien réapparut cette fois-ci sur son flanc droit et tenta de lui asséner un coup de griffes, Mais grâce à un effort exceptionnel il réussit à bloquer l’attaque avec son épée. C’était maintenant un duel entre griffes et lame, où les échanges de coups étaient si nombreux que l’air de la salle en chauffait, sans oublier bien sur le jet de flammes du Dragon. Après 10 minutes de combat acharné, Ràna était blesser à la jambe gauche, main droite et bras gauche, et il sentait que la fin du combat approchait, quel qu’en soit l’issu…
Ràna chargea son épée de toute la magie qu’il lui restait et lança son assaut final. Les deux combattants se ruèrent l’un vers l’autre et au moment ou Le Gardien allait asséner le coup fatal ; Ràna sauta sur le côté, s’appuya sur une stalagmite et sauta au dessus du Dragon, attrapa l’une des cornes de celui-ci et se balança jusqu’en dessous du Gardien, là où se trouve son point faible… Ràna planta son épée dans le cœur du Dragon et se dégagea presque aussitôt de la bête qui s’écrasa sur le sol…

Ràna : Rose ! (il se précipita vers elle) Rose ! Est-ce-que tu m’entends ?!
Il se concentra et fit passer un flux magique entre eux.
Ràna : Arcana Transposis
Instantanément les blessures de la féliane disparurent… mais se transposèrent sur Ràna qui tomba à Terre, Rose se réveilla, vit l’état de son compagnon, et tenta de l’aider. Mais tout ce que celui-ci entendit fut les cris désespéré de celle-ci essayant de le ramener à ses esprits…

Ràna se réveilla en sursaut le lendemain matin et faillit rouvrir les points de sutures que Rose lui avait faites…
Rose : Calme-toi, regarde, on est sortit de la grotte…
Ràna : C’est toi qui m’a porté ?
Rose : Qui d’autre…
Ràna : Je sais pas moi… un petit lapin tout Rose…hahaha …Aïe !
Rose : arrête de rire ! tu va rouvrir tes plaies !
Ràna : Ok, ok…je suis juste content que tu aille bien…
Rose : et toi donc ! tu m’a fais une peur bleue Hier !
Ràna : Chacun son tour… On repart demain

Ràna passa le reste de la journée à se reposer, cicatriser… et se vanter. Avant de tout simplement tomber d’épuisement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arcanes et Chaos [Fantasy] [NC-17]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chattam, Maxime] Les arcanes du chaos
» [Maxime Chattam] Le cycle de l'homme Tome 1: Les arcanes du Chaos
» [Willy-Miniatures] Chaos Fantasy Football Team
» Des relents de Final Fantasy (apres tout, le big boss s'appelle Chaos)
» Récits complets Warhammer Fantasy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiction Garden :: Fiction de groupe :: Les Fictions de Groupe-
Sauter vers: